LETTRE INTERNE DES VOISINS #39
 
Affiche réalisée par Armelle Trouche (occupante de Rapine) pour le programme des Grands Voisins !
 
LES GRANDS VOISINS : LES NEWS
 
Retour sur le Conseil des Voisins avec le compte rendu ici.
Merci à toutes celles et ceux qui ont participé. 
 
Infos générales du site :
  • L'atelier de construction se relance ! Atelier voisins le mercredi après midi de 14h à 17h30 et l'atelier OTO le mardi de 17h à 21h. 
  • Prochain #comité-programmation le vendredi 10 juillet à 16h 
  • Des ateliers immobiliers auront lieu les 1er et 2 juillet à 19h à la coop, inscrivez-vous par ici. 
  • Pensez à signer vos avenants de fin de contrat Link ! 
  • Le bar de la Lingerie et le restaurant Oratoire seront fermés la semaine du 10 août.
 
Horaires d'ouverture du site et des équipements à ce jour : 
 
 
Infos équipe : Marie absente du 25/06 au 29/06 - Anthony en vacances jusqu'au 07/07
 
ET SI ON NE JETAIT PLUS ? 
 
 
 
par Murfy.fr le samedi 27 juin prochain.

Le principe : 
Vous avez un appareil électroménager en panne (ou pas) dont vous souhaitez vous débarrasser ? Plutôt que de le laisser aux encombrants, Murfy vous propose de le récupérer directement chez vous et de lui donner une seconde vie au sein d’un nouveau foyer.
 
Comment ça marche ?
Inscrivez-vous ici : https://bit.ly/la-grande-collecte pour que Murfy vienne chercher votre appareil chez vous le 27 juin prochain.
 
 
 
L'évènement 
 
 
Merci de laisser la zone derrière le composteur propre et dégagée. Nous avons trouvé un tas immense d'encombrants... 
 
Pour tous les occupant.e.s, le principe reste le même : 
- Mettre un sac kraft dans votre bioseau
- Mettre vos biodéchets dans le sac 
- Une fois rempli, apporter votre sac kraft dans la zone d'apport volontaire Grands Voisins (code : 2011). 
- Si vous rencontrez un problème, contactez aur-juliette qui est responsable du composteur jusqu'à fin juin ou upcycle-perrine.
 
Toutes les infos sur #cercle-agri-ecologie
 
En savoir plus 
 
 
 
 
Si votre objet fonctionne, donnez lui une seconde vie en remplissant le formulaire. 
C'est magique : on vient le chercher 
 
Ce service sera testé pendant deux mois. Il a été imaginé et co-construit par Co-Recyclage, la Mairie de Paris et SUEZ dans le cadre du programme DataCity co-animé par NUMA.
 
 
 
 
 
Je donne
 
Coach Yoyo à la conciergerie
 
Recyclez vos produits électriques et électroniques !
Les villes produisent des monceaux de déchets : c’est là qu’on consomme le plus et qu’on trie le moins. 
Ainsi, nous récupérons les produits électriques et électroniques qui ne fonctionnent plus (ceux qui fonctionnent encore peuvent aussi être donnés aux Grands Voisins, mais à la Ressourcerie Créative), afin qu’ils soient recyclés. Ramener les à la Conciergerie ! Cela vous permet aussi de gagner des points et des cadeaux !
Rendez-vous à l’accueil 
 
Découvrir Yoyo
 
 
 
 
A l'entrée de la porte 4 se trouve le frigo solidaire. 
L'idée : il est ouvert à toute personne du site, aux commercants du quartier pour 'alimenter. Vous pouvez le remplir de tout ce que vous n'allez pas utiliser ou qui risque de se perdre pour en faire un heureux. 
 
Grâce à l'équipe de la conciergerie et quelques occuapntes volontaires, il est nettoyé régulièrement. Prenez en soin. 
 
Contactez josiane archi-designer si vous souhaitez l'aider à aller chercher des invendus au magasin Les Nouveaux Robinsons. 
 
En savoir plus 
 
Youzd
 
Plus d'excuse pour jeter !
Trouver ce que l'on cherche en un clin d’œil : des filtres malins pensés pour la verticale maison, une interface sans pub.
 
Acheter en un clic ET se faire livrer sur un créneau de 2H qui vous arrange, encore mieux que sur un site de neuf : des systèmes de livraison urbains, malins, autant que possible écologiques (vélo cargo) et pensés pour les actifs, avec même un service de montage pour les meubles et d'installation à domicile pour l'électroménager.
 

Le tout avec une expérience utilisateur moderne et fluide qui valorise l’utilisateur pour son geste écologique.
Les contacter : contact at youzd.fr 
 
En savoir plus  
 
PRODUCTIONS DU CONFINEMENT
 
Photo du Parc Montsouris déconfiné, la nature a gagné du terrain…
Par Aude Brédy - occupante de la Perruche à Rapine 
 
 
DITES-MOI QUE JE RÊVE - Texte d'Isabelle Delatouche. Avril 2020
 
Je suis dans mon lit, je regarde le réveil, c'est le silence qui m'a réveillé.
Puis j’entends la chatte qui miaule dehors pour demander à rentrer et qui, une fois entrée, miaulera pour demander à manger.
On n'entend que les oiseaux. Il n'y en a pas un peu trop, même ?
Je me lève. Dans la cuisine j’ouvre la radio ça parle de la même chose qu’hier soir, hier midi, hier matin, avant-hier soir, avant-hier midi, avant-hier soir, et je sais que c’est comme ça, jour après jour, la radio est devenue mono maniaque, il n’y a plus rien d’autre qu’un seul message, qui prend des formes diverses mais finalement n’est là que pour habiller des injonctions identiquement répétées.
Je ferme la radio que je n’avais ouverte que pour vérifier que cette panne inédite n’avait pas enfin disparue dans la nuit.
Dites-moi que je rêve.
C’est la guerre, j’ai remonté la machine à coudre de la cave, elle trône sur le bureau entourée de bobines de fil et de morceaux de tissus qu’heureusement j’ai toujours stockés, à la cave aussi. P. décide d’aller au ravitaillement, en vélo évidemment, il va écumer la région pour tenter de nous rapporter légumes frais et volailles fermières si possible. En évitant les patrouilles policières pour surtout ne pas avoir à discuter avec eux, on ne sait jamais comment cela peut tourner, s’ils sont mal lunés, même avec l’ausweis dans la poche. Je reste dans la maison, je me demande si je ne vais pas essayer cette recette de lessive à base de feuilles de lierre, pour ne pas avoir à en acheter.
Dites-moi que je rêve.
Je pars prendre le train. Je suis sur le quai de la gare habituelle. Mais il n’y a personne, guichet fermé, aucun autre voyageur. Temps calme, doux, nuageux. J’entends juste des oiseaux dans le grand épicéa du jardin public, derrière moi, après le grillage SNCF. Le train approche, ralentit, je ne vois pas le conducteur à cause des reflets sur la vitre du poste de conduite. Y en a-t-il un ? Les wagons défilent, vides. J’appuie sur le bouton d’ouverture avec ma main violette, parce que gantée, je monte, personne ici, je monte à l’étage, entièrement vide. Ce qui bizarrement m’étonne à peine. Je m’assois au milieu de la rame. Le train repart et s’engage bientôt dans une nuit noire souterraine, je regrette de ne pas avoir regardé le nom affiché habituellement en points lumineux au front de la première voiture, qui encode le parcours et la destination : SARA , SLIM, ou ...STYX ?
Dites-moi que je rêve.
Je monte dans le bus, tout va bien puisque le bus a ouvert ses portes juste au moment où je passais devant l’arrêt. Comme une invite. Donc, je monte. Et une fois dans le bus, je regarde vers l’arrière, les passagers sont harmonieusement et régulièrement répartis dans les rangées, bien rangés justement. Inquiétants aussi, tous silencieux, parce qu’ils n’ont pas de bouches, ils portent tous un bâillon qui dissimule le bas de leur visage, ce qui les rend encore plus semblables, anonymes. Zombies ?
Dites-moi que je rêve.
Nous sommes dans un grand espace, cela ressemble à une nef d’église, plancher de bois, voûte large, grande rosace de vitrail. Pourtant, sur l’un des côtés, de grandes et hautes fenêtres ouvrent sur une cour d’ancien monastère, enfin cela y ressemble. Nous sommes occupées à coudre, chacune sur sa machine, les tables sont très éloignées les unes des autres.
Il n’y a qu’un homme, très patriarcal avec ses cheveux gris et sa barbe, mais il est lui aussi occupé à coudre devant sa machine. L’ambiance est féminine, industrieuse et légère aussi, agréable. Nous ne sommes pas cloîtrées, donc. Et puis cela dérape, la musique résonne, l’une se met à chanter, puis une autre, nous nous levons, nous dansons, nous rions, cela vire à la comédie musicale de fin d’année...
Dites-moi que je rêve.
Je rentre le soir, je suis dans la rue, je marche au milieu parce qu'il n'y a pas de voitures, et pas de passants non plus. Soudain, les fenêtres s'ouvrent, les gens sortent sur leurs balcons, ceux qui en ont, ils sont tous dehors et ils se mettent à applaudir, longuement, pendant que je marche. Je me demande si je dois les saluer, les remercier ? Mais finalement ils ne me regardent pas, je me demande même s'ils me voient, ils se regardent applaudir, les uns les autres.
Dites-moi que je rêve.
C'est le soir, il y a plein de gens sur la route qui longe la forêt, ils sont tous sur la route. Certains marchent et d’autres courent, personne ne va dans la forêt toute proche. La forêt est interdite. Mon professeur de yoga est là, qui marche, il croise l’un de ses élèves, ils s’arrêtent pour discuter. Une voiture de police s’approche d’eux, le policier les interpelle : « vous êtes de la même famille ? » « Euh, non, pourquoi ? » « Alors vous n’avez pas le droit de discuter, circulez ! Rentrez chez vous ! » Mon prof de yoga regarde les deux types assis côte à côte dans la voiture, tenté de leur demander : « Et vous ? Vous êtes de la même famille ? » Mais il se retient, il sait que ce genre de question peut vous mener tout droit en garde à vue.
Dites-moi que je rêve.
C'est le week-end, Nous sommes loin de la ville dans l’un de ces espaces péri-urbains uniquement pensés pour faire circuler les gens dans les voitures. Plein de routes et de parkings. Nous sommes sur un grand parking, donc, dans une longue file de gens silencieux et masqués, chaque personne pousse un chariot vide devant lui, c'est obligatoire. Nous avançons peu à peu, doucement, entre les barrières. Il n’y a pas de musique, on n’entend pas d’annonces ou d’avions qui décollent, où va-t-on avec nos chariots sans bagage ? Une bonne demi-heure plus tard nous accédons à travers les portes automatiques au hangar géant d'une grande surface de bricolage...
Dites-moi que je rêve.
Nous sommes chez les voisins, dehors, nous parlons doucement pour que les autres voisins ne nous entendent pas et ne nous dénoncent pas. Nous avons apporté nos verres, notre bouteille de vin, et nous sommes assis très à l'écart les uns des autres si bien qu'il faut se pencher et tendre l'oreille pour se parler. On trouve cela idiot mais on le fait.
Dites-moi que je rêve.
Je me réveille chaque matin après avoir rêvé de foule, d'embrassades, de bruits, d'agitation, de gestes spontanés, de rires et d'aller et venues irréfléchies, et quand je me réveille j'ai l'impression que la vraie vie continue la nuit quand je dors, subrepticement.
 
Vous aussi vous avez produit pendant le confinement ?
Envoyez moi tout cela par mail ! 
BIENVENUE AUX NOUVEAUX 
 
 
 
Le nom inventé d'Architétis (de « archi » : meneur ; et « Téthys » : déesse marine, mère des fleuves et des Océanides) représente la bipolarité de l’agence.
Architecture terrestre et architecture navale se conjuguent au cœur de la structure, ayant comme objectif commun : la diminution de l’empreinte carbonne.

Toutes les échelles sont travaillées : de l’urbanisme, aux équipements publics, maisons individuelles, en passant par le mobilier urbain. La question de l’habitat actuel et de demain est questionnée tant au niveau économique qu’usuel.

Aux réponses climatiques à venir, l’agence travaille sur u troisième type d’habitation : l’architecture flottante, sous forme de microcosmes autonomes, pour répondre au défi climatique.
Il ne suffit pas d'un tas de maisons pour faire une ville
Il faut aussi des visages et des cerises (...)
Tahar Ben Jelloun
 
Où le trouver ? Robin R+1 salle 30/31 
 
Son site internet
 
Je suis à vélo  
 
Je suis à vélo est un e-shop vélo !
Notre mission est simple : faciliter la vie des cyclistes. Pas de cuissards, maillots ou bidons… mais des équipements malins et esthétiques, ciblés sur les besoins du cycliste urbain. Pour des trajets en vélo au quotidien plus confortables, pratiques, et sécurisés. Et une ville plus écolo !
 
On organise un pop-up store, du 3 au 12 juillet, 37 rue des petites écuries. Pour découvrir tous nos produits pour cycliste urbain. Evènement fb ici

  
Où les trouver ? Robin - 2ème étage bureau 22/25
 
Le site 
 
 
 
Thanks for Nothing 
 
Fondée par 5 femmes en 2017, Thanks for Nothing est une plateforme philanthropique qui mobilise les artistes et le monde de la culture en concevant des projets artistiques et solidaires innovants pour avoir un impact concret sur la société. La programmation de Thanks for Nothing contribue au progrès social dans trois domaines : la défense des droits humains, l'accès à l'éducation et la protection de l'environnement.
 
Où les trouver ? Robin 2ème étage - bureau 221 
 
Leur site internet
 
Thumb Studio 
 
« Thumb » est un studio de création spécialisé dans la réalisation de photographies de nature morte. Son envie principal est d’accompagner de jeunes créateurs dans la mise en place de leurs univers visuel.
 
Où le trouver ? Robin 1er étage - bureau 21 
 
Découvrir son travail 
 
Pensez à répondre à l'enquête lancée par Plateau Urbain ;) 
& REJOIGNEZ-NOUS SUR
#CERCLE-EXPERIENCE-GV
 BONNE SEMAINE À TOUS ET TOUTES ! 
 
Prochaines dates à retenir : 
 
-  #comité-programmation le vendredi 10 juillet à 16h sous les arcades de l'Oratoire
- #cercle-experience-gv de maintenant jusqu'au 13/07 sur Slack 
- Café des voisins mercredi de 9h30 à 11h30 à la Lingerie 
 
 
Les Grands Voisins
74, avenue Denfert-Rochereau
75014 Paris
Facebook
Instagram
 
 
© 2020 Les Grands Voisins
 
 
Cet e-mail a été envoyé en interne aux Grands Voisins
 
 
Envoyé par
SendinBlue